• Bernard Mananes

Plus de 8.500 médecins libéraux réclament la consultation à 50 euros et appellent à la grève.

Issus du collectif « Médecins pour Demain », 8.500 médecins libéraux lancent un appel à la grève le 1er décembre, reconductible, pour une revalorisation du tarif des consultations alors même que les négociations conventionnelles sont sur le point de débuter dans un climat délétère.


Ce n’est pas encore un tsunami, mais le coefficient de marée est suffisamment fort pour alerter les Autorités. Des centaines de médecins libéraux se sont fédérés dans un collectif, « Médecins pour demain », qui réclame une revalorisation des consultations à 50 euros et ce, pour toutes les spécialités. A la date du 3 novembre, ce sont plus de 10.000 médecins qui ont rejoint le mouvement, via la page Facebook dédiée.



médecin, blouse blanche, médecine, grève
Le mouvement du grève du 1er décembre s'annonce d'ampleur.


Il faut dire que cela fait près de sept ans que le tarif de la consultation n’a pas été revalorisée et que le tarif hexagonal reste en deçà de la moyenne européenne des pays comparables. Une telle revalorisation aurait pour but, selon les organisateurs de ce mouvement, de permettre aux médecins de prendre plus de temps avec chaque patient, et de redonner un supplément d’âme à une médecine qui est en panne de nouvelles vocations.

Qui plus est, ce nouveau tarif permettrait de s’affranchir de certains forfaits contraignants imposés par la CPAM, d’investir dans de nouveaux matériels et de retrouver une rémunération à la hauteur des responsabilités des médecins.


Reste que si un tel tarif venait à être appliqué, il faudrait bien évidemment trouver des marges pour le financer. Il s’agirait alors de se tourner vers les complémentaires qui, pour certaines, remboursent déjà des soins alternatifs comme l’hypnothérapie, l’acupuncture, le magnétisme jusqu’à 70 euros par séance.

Le bras de fer semble donc être amorcé avec ce mouvement qui se veut reconductible et qui agrège déjà autour de lui d’autres mouvements de médecins. Si certains syndicats se sont positionnés, il est à noter que le collectif « Médecins pour demain » se veut apolitique et a-syndical.


Dans tous les cas, ce mouvement est symptomatique d’une problématique plus vaste, qui dépasse le « simple » cadre d’une revalorisation des tarifs mais qui interroge sur une politique de santé qui ne pourra pas se faire sans ses principaux acteurs. Nous avions ici même parlé de la fronde des psychologues, à laquelle s’ajoute donc celle des médecins.


Dans un paysage de santé post-covid, avec tous les dommages causés à la population, il est urgent de repenser le paysage de santé français.


22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout